Manifestation pro vie à Paris.

Publié le par jeune nation



  

Dimanche 20 janvier 2008 - Manifestation pro-vie à Paris

"Belgique & Chrétienté" s'associe avec le collectif Papa, Maman et Moi, Jeunes Pour la Vie et Pro Vita pour l'organisation d'un car à partir de Bruxelles qui rejoindra l'importante manifestation pro-vie organisée à Paris par l'association "30 ans, ça suffit !". Cette manifestation regroupe plusieurs milliers de personnes et est l'occasion de montrer la cohésion des différents mouvements pro-vie européens.

Source: www.bechrist.be image004.jpg

NATION et jeune nation y participerons, afin d' assurer un bon déroulement de cet événement, mais nous y participerons surtout pour protester contre cette pratique abominable qu'est l'avortement, judicieusement appelé IVG, pour mieux rendre le génocide quotidien à une sorte de parasite dont certaines mères seraient affectées...nous renions totalement cet exercice indigne d'un médecin ayant prêté le serment d' Hypocrasse qui le transforme sans exagération, en ni plus ni moins qu'un tueur en série.

Le nombre de semaines ou le nombre de mois qu'ils entendent désormais allonger ne change en rien le fait que dès la conception, le foetus (futur bébé) a déjà conscience de son existence, il possède toutes ses caractéristiques vitales, sa personnalité, et son coeur bat. 
Plus concrètement c'est une accélération du coeur et une souffrance ressentie par le dépeçage, lorsque l'encre rouge se diffuse dans le placinta, que le petit être sent la vie déjà la quitter...digne d'un humain?

Aujourd'hui ils ont honte de cacher les chiffres, dimanche prochain nous proclamerons cette vérité honteuse qu'ils ont légalisée: des millions de descendants d'européens qu'ils ont décidé d'exterminer, nous nous souviendrons.
L'avortement influence inévitablement la démographie de notre peuple qu' ils entendent  hypocritement remplacer par d'autres peuples, en raison du viellissement de nos populations. 
De plus cette "culture" de mort est renforcée par une castration mentale, médiatisée, programmée, une destruction de la famille que l'Europe n'a jamais connu durant toute son histoire...

C'en est trop, ça suffit. Il faut réagir au plus vite.
S'il n'existe plus d'opposition, la situation désespérée, s'aggravant, ne changera jamais.

Mobilisez et venez, ils doivent nous entendre.

Départ à 9h30 sur le parking de la Basilique de Koekelberg. (Navette disponible à 9h15 au square Frère-Orban) Prix : 12 euros par personne.

 

Rappel: attention au look. Le but n'est pas de se distinguer des gens, mais par sa simple présence de montrer sa solidarité face à ce tabou révoltant.


 

Suite: ceux que l'on assassine et ceux qui ne viendront jamais.


La “2007 World Population Data Sheet”. Le génocide européen continue.

La “World Population Data Sheet” (Fiche de données sur la population mondiale) du Population Reference Bureau, publiée chaque année, est la référence en matière de chiffres démographiques (1). Cette publication fournit de nombreuses données pour tous les pays du monde. Compte tenu des délais pour avoir des données vérifiées pour certains pays, l’édition 2007 récente concerne les données de 2006. Dans cette édition 2007, on ne peut malheureusement que constater que le génocide européen par insuffisance majeure d’enfants ne fait que continuer.

Dans la figure 1 ci-dessous, ont été extraites, parmi ces milliers de données, celles qui concernent le plus la démographie des Européens, que ce soit en Europe, ou dans les principaux pays du monde pour l’instant majoritairement peuplés de descendants d’Européens.

L’indice synthétique de fécondité (figures 1 et 2) indique le nombre moyen d’enfants par femme dans les conditions de natalité actuelles. C’est un indice global pour toutes les personnes résidant dans un pays. Assez peu de pays mesurent cet indice spécifiquement pour les européens ; en particulier en France c’est un sujet tabou dans les statistiques officielles (on casse le thermomètre pour masquer l’importance de la maladie). Mais des démographes obtiennent des données par recoupements. Par exemple Jacques Dupâquier (membre de l’Institut de France) dans son article “La désinformation de l’INSEE” (2) évalue l’indice pour les européens en France, à 0,25 de moins que l’indice global du fait de la surnatalité des populations d’origine non-européenne ; pour la même raison, Yves-Marie Laulan indique que pour évaluer l’indice pour les européens, il faut retrancher 0,2 à 0,4 à l’indice global selon les pays.

 

 

Pour analyser ces chiffres, il faut se rappeler que pour qu’une population maintienne la vie en renouvelant simplement ses générations (sans même les faire croître, alors que le reste du Monde est en expansion) il faut dans les conditions sanitaires historiquement exceptionnellement bonnes de l’Europe, qu’il y ait un indice de fécondité de 2,1 enfants par femme (2,1 car un petit nombre de bébés n’atteindront quand même pas l’âge d’avoir à leur tour des enfants). Les européens en Europe en sont bien loin (voir en particulier figure 2). Et de même au Canada ou en Australie. Par contre les descendants d’européens aux USA disparaissent moins vite.

Dans la figure 1, la colonne “% - de 15 ans” indique le pourcentage des enfants de moins de 15 ans par rapport à l’ensemble de la population. Ces enfants sont l’avenir. Pour connaître la situation des européens en Europe il faudrait réduire ce pourcentage déjà très faible (même remarque que ci-dessus concernant l’effet de la surnatalité des populations non-européennes en Europe). La comparaison avec les chiffres de l’Afrique, l’Asie et l’Amérique Centrale et du Sud est parlante.

 

 

Pour l’ensemble de l’Europe (Russie comprise) l’indice de fécondité est de 1,5. Pour les seuls Européens, même si l’on prend la valeur la plus favorable (0,2) de Laulan de la réduction à faire, cela nous amène à un indice de 1,3. Pour avoir une image de l’effet d’un tel chiffre, à l’échelle de ce que peut voir un homme durant sa vie, regardons son impact en 2 générations (environ 60 ans). Chaque génération se renouvelle seulement à 62 % (1,3/2,1), soit en deux générations un renouvellement des générations de 38 % (0,62 x 0,62), soit à peine plus du tiers du nombre d’enfants nécessaires pour juste maintenir la vie. Cette dénatalité existe depuis 1975 en moyenne selon les pays ; en 2007 nous sommes plus qu’à mi-parcours des 2 générations.

Dans ces conditions, vers 2035, cent européens en âge d’être grands-parents auront en moyenne 38 petits-enfants pour les remplacer. Si leur génération ne fait pas repartir la natalité en ayant suffisamment d’enfants, ceux des lecteurs qui ont 20 ans actuellement verront cela quand ils auront 47 ans ; dans les enfants de cette époque, presque les deux-tiers des européens disparaitraient.

Devant l’ampleur de ce véritable génocide européen que prévoit l’ONU, si souvent sensible au sort d’autres peuples ? Elle prévoit des “Migrations de remplacement” (rapport disponible sur le site de l’ONU), les européens disparaissent, très bien, on les remplace par l’immigration de peuples non-européens. L’ONU n’envisage pas une autre solution pourtant plus “écologique” : conseiller aux Européens d’avoir à nouveau suffisamment d’enfants, sommer les gouvernements européens d’avoir une politique qui n’incite plus à la disparition des Européens et les médias de moins dévaloriser les familles européennes. D’ailleurs les critiques acerbes et la désinformation actuelles des médias contre Vladimir Poutine ne sont pas étrangères au fait qu’il est pratiquement le seul grand dirigeant européen à afficher la volonté d’inciter à une reprise de la natalité de son peuple, et à prendre des mesures en sa faveur, plutôt que de recourir à l’immigration.

 


Source: novopress.fr

Conclusions: l' avortement, la castration mentale, la repentance, la destruction des valeurs familialles, fin programmée ou non ?

 

Commenter cet article